Actualités

PSA restera Français

Le groupe PSA est en grande difficulté depuis maintenant 2008. Et comme si cela ne suffisait pas, voilà que le doute plane sur la firme quant à une éventuelle entrée du chinois Dongfeng dans le capital de la société. Le fervent défenseur du « Made In France », Arnaud Montebourg, se veut rassurant en expliquant dans un entretien accordé au journal Le Parisien que PSA restera français quoiqu’il arrive. Une nouvelle qui a bien du mal à rassurer les 100 000 personnes actuellement embauchées par PSA…

Un ministre très ambitieux et optimiste

Pour le ministre du redressement productif, pas de doute, PSA est un entreprise en très grave difficulté mais ce dernier a affirmé sa volonté, dans les prochaines années, de voir cette entreprise qui emploie près de 100 000 personnes, embaucher de nouveau. A titre d’exemple, le ministre a appuyé son propos sur le cas de General Motors entré dans le capital de PSA à hauteur de 7% en 2012 et qui embauche de nouveau aujourd’hui. Cela est-il possible pour PSA ? Difficile de le dire à l’heure actuelle puisque, pour s’en sortir, le groupe envisage de céder pas moins de 30% de son capital à son partenaire chinois Dongfeng.
Par ailleurs, afin de se sortir de sa situation si complexe, PSA pourrait bientôt procéder à une augmentation de capital de l’ordre de 3 milliards d’euros selon l’agence Reuters. Cela suffira-il à pallier le manque de liquidités du groupe ?

Le retour à la normale en 2015 ?

Cette injection soudaine de liquidités pourrait permettre au groupe de sortir un peu la tête de l’eau surtout lorsque l’on sait que PSA pèse aujourd’hui près de 4,2 milliards d’euros en Bourse. Même si la prise de participation au capital du chinois Dongfeng est aujourd’hui une quasi certitude, l’entreprise devrait rester française selon Arnaud Montebourg déjà fortement préoccupé par la reprise partielle de Goodyear Amiens-Nord par Titan International.
PSA vise maintenant l’amélioration progressive de sa situation financière en continuant à travailler sur son plan rebond 2015 incluant la fermeture du site d’Aulnay et le licenciement de près de 11 200 salariés ainsi qu’une baisse de 30% des dépenses d’investissements.

Avec près de 510 millions d’euros perdus au premier semestre 2013, le groupe PSA table dorénavant sur une reprise très progressive de son activité après cette prise de participation au capital de son partenaire chinois. Affaire à suivre…

Show More

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close